Première écho

Bon, tout s’est bien passé vendredi. Le foetus avait tout ce qu’il faut là oú il faut, je dois maintenant essayer de réaliser ce qui m’arrive…

Pour de vrai, je devrais avoir un deuxième bébé avant la fin de l’année! C’est incroyable, je suis tellement heureuse et complètement pétrifiée. Je me demande comment je vais m’en sortir (alors que pour mon premier, j’avoue ne m’être pas du tout posé la question!).

 

S’il y a des mamans d’enfants rapprochés parmi vous, s’il vous plaît, dites moi qu’on s’en sort (même si vous mentez!)

Publicités

La valse à sale temps!

Je suis heureuse d’arriver enfin à prendre quelques minutes pour écrire, ça m’a beaucoup manqué!

Je n’ai pas regardé à quand remonte mon dernier article, très longtemps, mais j’ai eu l’impression de vivre mille vies depuis, et pas des vies toujours sympas en fait!

Allez, on va commencer par le positif quand même: mon taux n’est jamais descendu jusqu’à 0, une nouvelle grossesse est en cours, ce qui, dixit le compte rendu de la première écho (je ne suis pas encore à 12 sa) me permet de me vanter d’une parité de 5/1. Moi, ça me déprime encore plus, du coup, j’espère quand même atteindre le 5/2 cette fois, parce que vraiment, ça m’a mis un coup de lire ça.

Enfin, le stress va prendre fin rapidement puisque j’ai l’écho des 12 sa vendredi prochain, j’angoisse tellement, mais j’ai aussi furieusement envie de savoir.

Je m’étais promis de ne rien dire à personne avant d’en être sure, mais voilà, mon papi rigolo s’est rapproché dangereusement des étoiles, et j’ai voulu lui dire avant qu’il ne parte, donc la moitié de ma famille est au courant.

Il était content je crois, il m’a même demandé si on connaissait le sexe, j’ai dit que non, c’était bien trop tôt, ce à quoi il a ajouté « ah oui, on le saura dans 4/5 mois », et il est parti 12h plus tard. Dire que sa disparition m’affecte est bien en deçà de cette douleur sourde qui ne me quitte plus. Il y a papis et papis, le mien m’a construit mes plus beaux souvenirs d’enfance, mes seuls vrais souvenirs d’enfance si je peux dire. Mamie et lui étaient nos deuxièmes parents. Je n’ai pas les mots pour parler de ça, et ça ne changerait de toutes façons pas grand chose.

Au même moment, une dispute monumentale a éclaté au sein de ma famille du côté maternel cette fois. Je ne peux pas en parler puisqu’il n’y a pas grand chose à en dire si ce n’est que ça devait arriver, mais que finalement, rien ne sera plus jamais comme avant c’est évident. Une époque s’est éteinte au cours de ce mois d’avril, celle de l’insouciance sans doute, et ça aussi ça fait mal.

Dans tout ça, mon fils s’en sort tant bien que mal, je pense que je mérite la médaille de la pire mère de l’année en ce moment, mais je fais ce que je peux. Il est toujours aussi adorable, il rigole toute la journée, et fais tout pour nous faire rire. Bon, il teste aussi beaucoup, il sait que je suis fatiguée, et il veut s’assurer que je reste solide (ce que j’arrive tout de même à faire même si un dessin animé peut parfois aider ma solidité avouons-le!)

Voilà ma vie pour le moment, je suis folle amoureuse de mon mari, et folle d’amour pour mon fils, ils sont réellement mon phare. Je suis aussi épuisée comme jamais (alors que bon, je rappelle que je suis à plus de 16 mois de nuits pourries, mais je pense que les hormones ne me vont pas du tout à ce niveau là!).

Cet article n’a ni queue ni tête c’est évident, mais j’avais besoin de tout écrire pour repartir de plus belle.

Belle soirée.