Faire un bébé toute seule à deux

Ce soir, j’en ai gros! Ça va pas être l’article le plus drôle de l’année je le crains.

Comme j’en ai déjà parlé, je suis mère au foyer. C’est un choix, ou plutôt une direction qu’a pris ma vie, et je m’en accommode pas trop mal. Le soucis, c’est que je suis une mère au foyer mariée, mais qui élève son (et bientôt ses) enfant seule.

Je m’occupe de mon fils du matin au soir, ce qui est normal, je suis à la maison pour ça, sauf que je m’en occupe 7 jours sur 7, jour et nuit, sans jamais avoir vraiment d’aide. Je m’occupe aussi de la maison. J’allais écrire évidemment, mais à bien y réfléchir je ne vois pas en quoi c’est évident, je suis en congé d’éducation, pas de bonniche, alors en faire plus soit, tout faire, là, ça me paraît beaucoup moins acceptable.

J’avais commencé à rédiger une liste longue comme le bras de doléances, mais en fait, on va faire bien plus vite, mon conjoint ne fait rien. Et moi, je doute un peu, parce que je suis tout pareil qu’une mère célibataire, sauf que personne ne trouve que ce que je fais est génial ou que je suis trop forte. Pas que je fasse ça pour la gloire hein, de toutes façons, on sait bien qu’il n’y a pas plus ingrat que la parentalité, mais du coup, personne ne me propose d’aide, ou d’aller boire un verre pour me changer les idées ou ou ou vous voyez le principe.

Après, si je ne savais absolument pas ce qui allait se passer à l’arrivée du premier (oui, moi aussi je pensais que j’aurais un mari de blogueuse, tu sais celui qui est aussi impliqué que la mère et que c’est bien normal quoi merde!), il faut bien admettre que je sais exactement ce qui va arriver maintenant, je sais que je fais des enfants seule. Et ça me va la plupart du temps (bah oui, sinon je partirais donc j’y trouve mon compte d’une certaine manière), mais il y a aussi les fois, comme aujourd’hui, où je voudrais juste être seule (avec mon/mes môme) et ne pas en plus avoir à faire des compromis pour quelqu’un d’autre.

Mon conjoint est adorable, et il nous aime très fort, mais je crois que ça ne suffit pas toujours, je n’ai pas seulement besoin d’un amoureux, et c’est dur de se sentir si seule quand pourtant on est entourée!

Demain sera un autre jour, mes hormones me travailleront sans doute moins et je serais reposée, alors haut les cœurs 😉